samedi 5 novembre 2011

Convocation à l’ Assemblée Générale 2011

Vous êtes invités à participer à l’ assemblée générale du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ OSSAU, le vendredi 16 décembre à partir de 18 h 30, à ARUDY.
Nous discuterons du moral du président.
Nous ferons l' habit lent financier.
Des projets du club et des questions que l' on se pose tous les ans.
Nous clôturerons cette assemblée par un repas gaulois, voir Ossalois, sur place. Afin d’ organiser au mieux ce moment convivial, merci de répondre rapidement à cette invitation par e. mail, par courrier ou par téléphone aux coordonnées suivantes :
E. Mail : paul.doumenjou@wanadoo.fr
Courrier : Paul DOUMENJOU 15 rue GUYNEMER 64400 GOES
Téléphone : 06 81 19 29 66 (n’hésitez pas à laisser un message)
Nous restons à votre entière disposition pour toutes informations ou précisions complémentaires.

mardi 14 décembre 2010

Toponymie gasconne : arricau

En hydronymie, (discipline scientifique qui analyse et étudie les noms des cours d'eau, en
recherchant leur signification et leur étymologie) le terme arrèc, cours d’ eau ou ravin en Gascon, semble avoir une origine très ancienne et peux être rapproché du Languedocien rega (sillon), recar (ravin) ou rèc (ruisseau) du basque ereka. On peut aussi rapprocher cette racine de l’ hydronymie arricau en Vic-Bilh et généralement arrigau en Béarn. Un arrèc (ou une arrèga) est par définition un sillon, mais peut devenir un vallon assez étroit un ravin. Certains torrents de la montagne Béarnaise sont appelés aussi arrics, proche du terme arrigau, par définition cours d’ eau. C’ est de cette famille qu’ est issu le toponyme arricau, formé de arric (ravin, thalweg) et cau (creux).
(extraits du livre Toponymie gasconne de Bénédicte et Jean-Jacques Fénié ÉDITIONS SUD OUEST)

Une autre hypothèse s’ ouvre à nous : Arricau = Arricaut, autre forme gasconne du prénom Ricaut. De plus, on peut imaginer que le cau dérive de caud (chaud), quoique la perte du "d" ou du "t" final soit peu probable. (en oc. gascon : arriu)
À propos de arriu il semble que cette prononciation soit béarnaise avec un substrat de basque, arrieu étant plutôt occitan. Mais on prononce aussi arriou en Béarn.
Ricaut Prononcer ricaout (aou étant une diphtongue). "Nom de personne d'origine germanique, Ricwald (ric = puissant + wald = qui gouverne)."
[Site des noms de J. Tosti]

Et si tout simplement, arricau signifiait "à riki"

En France : 157 personnes portent le nom de famille Arricau selon les estimations du site nom-famille.com, Arricau est le 59 074 ème nom le plus porté en France, principalement dans les Pyrénées-Atlantiques (64) avec 113 personnes et le Lot-et-Garonne (47) avec 33 personnes.

Arricau-Bordes, situé à 28 km au Nord-Est de Pau, est aussi une petite commune du département des Pyrénées-Atlantiques, entourée par les communes de Castillon, Séméacq-Blachon et Lespielle
Situé à 285 mètres d'altitude, le village est traversé par la rivière le lées.
(informations http://www.annuaire-mairie.fr)

dimanche 5 décembre 2010

ARRICAU du 12 décembre

Compte rendu de la sortie du 12 décembre 2010-12-05

Avec Sandrine et Patrick, Brigitte, Daniel, Régis et Paul.


Vue de l' espace du plateau de Pierris
(en spectre rouge ARRICAU)

Quel bourbier, ce parking privé devant la maison de Riki, à revoir le dallage… Bref, il est 9 h 30 et nous commençons la montée. Sandrine et Patrick découvre à travers la marche d’ approche, la résurgence de Barrousse, le chemin gadouilleux, le chaudron magique, les dolines et la montée dans le ravin de Tocortoure.
Le haut du sentier, le passage direction ouest, devant l’ entrée du Arricau 1, et nous voici devant l’ entrée d’ Arricau (on ne dira plus du 2, mais d’ Arricau , ça fait mieux, plus respectueux). Tiens, j’ ai cru voir un gros minet. Puits d’ entrée, salle Whaou, nous voici rapidement en haut des nouvelles galeries. Nouvelles galeries aujourd’hui, chaque jour et un nouveau jour, juste un dimanche, mais avec du nouveau. Nous formons deux équipes : le passage du maître et le secteur Toblerone, à qui ressortira le plus sale.
Le passage du maître : après une longue séance de grattage, de cailloutage, de déglaisage, Patrick nous ouvre le passage. Il s’ en suit une succession, en escalier, de 3 petites salles de planchés stalagmitiques, débouchant sur un volume un peu plus important, la salle du haut. La suite, un petit conduit, n’ est pas évidente mais nous remontons toujours au contact du pendage.
Le secteur Toblerone : succession de passages labyrinthiques à travers de grands bloc, l’ ambiance est collante et l’ argile de très bonne qualité. Toujours dans le pendage, mais là, ça continue à descendre. Arrêt sur …… rien, il faut revenir … J’ ai cru voir le petit Titi.
Nouveau rendez vous en haut des nouvelles galerie, chaque jour est un nouveau jour, on sait, puis retour en surface. Du gagne petit, mais ça gagne, à chaque jour suffit ça peine ou bien mal acquît ne profite jamais, dans tous les cas, il y a encore du boulot, mais pour le topographe.

L' entrée d' ARRICAU 1

samedi 27 novembre 2010

ARUDY

GROUPE SPÉLÉOLOGIQUE DE LA VALLÉE D’ OSSAU :
Contact avec le calcaire

De la spéléologie au cœur de la vallée.
Descendre dans les profondeurs de la terre, dans le froid, l’ humidité et l’ obscurité, on est en droit de se demander ce qui attire et motive les spéléologues : mais l’ aventure est toute autre.
La marche d’ approche se transforme en lecture de paysage, la sortie devient exploration, la roche un sujet de géologie, le ruissellement de l’ eau souterraine une approche de thèse hydrologique. L’ immersion est totale, les lampes s’ allument, l’ air inhalée se transforme en buée, quelques gouttelettes scintillantes tombent de la voûte et imprègnent les combinaisons de toile. Amplifiées par l’ échos, les paroles se perdent dans les méandres érodés par le passage de l’ eau. Les appréhensions d’ étouffement, le manque d’ amplitude… les tabous tombent, la sensation est apaisante. Le passage, dissimulé par une coulée de calcite blanche, se dévoile en une conduite en forme de trou de serrure, le caque heurte le plafond bas, l’ obstacle est passé. Sur la parois de gauche une corde installée en main courant permet de passer au dessus d’ un puits d’ une vingtaine de mètres de profondeur. Soudain, un grand volume noir, une salle, un vide souterrain aux proportions impressionnantes. La suite est en hauteur, une petite lucarne en parois fais entrevoir une galerie remontante et au bout, un rayon de lumière nous annonce la fin de cette petite traversée. Une dernière partie étroite, la différence de température est flagrante, et c’ est la sortie.

Rapport d’ assemblée générale.
Voilà une histoire par mis tant d’ autres, que les spéléologues du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ Ossau, se sont racontés lors de l’Assemblée Générale de l’ association, ce vendredi 26 novembre à la mairie d’ ARUDY.
Dans son rapport moral, le président du groupe spéléologique Paul DOUMENJOU a remercier le Maire monsieur Gérard CAMBOT son Adjoint aux sports Jean Claude PARGADE pour le soutien technique et la confiance que la ville d’ ARUDY a manifesté lors de sa décision d’ attribution de subvention 2010. « Nous restons tout de même une petite association dans la ville .. » précise le président du G.S.V.O. qui compte à ce jour 23 adhérents «..et notre activité, riche en sciences de la terre (géographie, géologie, hydrologie, histoire et préhistoire) ne rencontre pas toujours au quotidien un enthousiasme comparable aux autres sports de masse. » Le bilan 2010 reste tout de même très positif, avec l’exploration sur plus de 1200 mètres de galeries dans la grotte d’ ARRICAU sur le versant nord du massif de l’ AZERQUE. Les fédérées de l’ association se sont impliqués au sein du S.S.F. 64 rattaché au Spéléo Secours Français commission de la Fédération Française de Spéléologie et ont participés à l’ intervention du gouffre ROMY à noël 2009. L’ implication de Lionel AUBRIOT et des bénévoles du club pour la mise en place et l’ organisation dans la vallée du R.I.F. (rencontre inter fédérale) canyon et descente de gorges, a contribué à la réussite de cette manifestation.
« Nous avons aussi organisés des sorties découvertes du milieu souterrain intégrant des personnes à mobilité réduite » témoigne Brigitte CHOZE, trésorière du club et spéléologue expérimentée « les sorties d’ initiation restent un bon tremplin pour intégrer de nouveaux adhérents car le monde souterrain s’ affirme comme un terrain de découverte et d’ aventure à peine entamé ». L’ année 2011 s’ annonce importante, « Nous allons réaliser un support vidéo sur la prévention et les risques liés à la pratique du canyonning, nous aborderons les gestes de premiers secours », mission confié à Philippe CRETAL médecin et moniteur canyon diplômé. Puis, pour clôturer son bilan et enchaîner sur la partie financière, Paul DOUMENJOU souligne et remercie le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques, Monsieur COUROUAU Conseiller Général du canton d’ Arudy ainsi que la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, pour leurs subventions financières, qui permettent à l’ association d’ organiser des projets, de financer des formations et de maintenir la sécurité sur le matériel collectif du club. Le point trésorerie, présenté par Brigitte CHOZE, montre un bilan équilibré sur l’ ensemble de l’ année, avec une réserve attribuée à un investissement en cours : matériel d’ exploration qui sera validé par l’ assemblée, matériel collectif de progression sur corde et une participation aux frais de stage diplômant.
La clôture de cette assemblée générale, autour d’ un verre de la fraternité spéléologique, fut propice à des nombres projets de prospection et d’ exploration sur le massif calcaire d’ ARUDY, souvent initiés par Joël COUCOURON, fin connaisseur des secrets et mystères souterrains de la région.
Le président du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ Ossau remercie tous les membres de l’ association qui ont participé et contribué à son bon fonctionnement, et souhaite tous ses vœux de réussite aux explorateurs du monde souterrain qui traînent leurs bottes sur le département.

La spéléologie dans le département.
Le groupe Spéléologie que de la Vallée d’ Ossau n’ est pas isolé dans le département des Pyrénées Atlantiques, et d’ autres associations affiliées à la Fédération Française de Spéléologie regroupant les spéléologues du pays Basque, du Béarn et de toutes autres horizons, existent et se regroupent au sein du Comité Départemental de Spéléologie dont l’ une des missions est le développer de la pratique et la formation de cadres techniques . Le CDS64, présidé par Gérôme LABAT, et soutenu par son équipe, assure avec le support technique de son permanent Mathieu RASSE, Conseiller en Développement Sportif Territorial, des cycles de formation intégrés à l’ école départementale de spéléologie. Ce tremplin permet s’ acquérir les techniques de base et d’ intégrer par la suite les clubs qui apporterons à travers les diverses formations proposées par la Fédération Française de Spéléologie les compétences nécessaires à une pratique du milieu souterrain en toute sécurité. Contact CDS 64 : www.cds64.org

jeudi 4 novembre 2010

Convocation à l' Assemblée Générale 2010

Objet : Convocation Assemblée Générale 2010

Madames, Messieurs,

Vous êtes invités à participer à l’ assemblée générale du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ Ossau, le vendredi 26 novembre à partir de 18 h 30, à la salle des Syndicats (mairie d’ Arudy)
☻ Bilan moral du président
☻ Bilan financier
☻ Projets du club
☻ Renouvellement du Comité Administratif (en cas d’ absence merci de déléguer vos votes)

Nous restons à votre entière disposition pour toutes informations ou précisions complémentaires.

lundi 18 octobre 2010

ASSEMBLEE GENERALE GSVO

Assemblée Générale le vendredi 26 novembre

Samedi 16 octobre 2010

Compte rendu de la sortie bio à ARRICAU de ce samedi 16 octobre, avec Denise, Régis, Riki et Paul ....
Après un départ un peu retardé, nous filons vers la résidence de campagne de Riki. Entre temps une gentille brigade de gendarmerie campagnarde et matinale nous contrôle à l' entrée du plateau. Une rêve partie se prépare plus haut vers la cabane de Laus, mais à la présentation de notre passeport de spéléologue du GSVO nous autorise à continuer jusqu'à the Riki house
Après les préparatifs spéléologiques et les discutions d' usage sur l' avancement des travaux du house club, nous remontons le ravin vers l' entrée mythique d' ARRICAU.
Bref un fois en haut, il faut descendre, et nous en profitons pour changer toutes les cordes des puits d' entrée. De la bonne corde de Ø11. Une fois dans la salle Whaou, nous changeons aussi la corde qui remonte sur Colopathe et récupérons l' équipement de l' escalade du puits blanc...
Oh! quelle aventure, nous remontons tranquillement sur la nouvelle corde de Ø11.
Bilan de la journée : argile de la tête aux pieds pour Riki qui a fait le dé équipement de l' escalade, on notera la remontée de 2 kits de corde ...... et la suite qui attend toujours au fond avec le puits TONY, le puits du Jeune et le passage du mètre.


lundi 10 mai 2010

Il est de retour

Après une prospection dans ses archives, Joël nous a retrouvé la vignette auto collante du G.S.V.O.
Il en reste un peu en stock, et pourquoi refaire ce qui est déjà fait, et bien fait ..... en avant première : l' auto collant, que dis je, la vignette, le macaron, l' insigne de la meute, le logo, la marque, l' identité ... le "c' est quoi cet auto collant à l' arrière de cette voiture", l' insigne .... on se souviendra de ce 10 mai, comme un grand moment dans l' histoire .. 10 mai, ça me dit quelque chose .. 10 mai, voyons le 10 mai, en 1981 par exemple, voyons .. Allez place au spectacle
video

dimanche 25 avril 2010

Un petit pas pour la topographie ... bip ... bip un grand pas pour la spéléologie

Arudy ..... bip ..... vous me recevez .... bip ... arricau 2 en orbite ... bip
video

jeudi 22 avril 2010

Le compte rendu du METRE


En fait le mètre, il était au laser et le vrai maitre,
c' était notre ami Michel LAUGA qui en grand invité du GSVO, nous régale de son compte rendu... Une de fois de + énorme merci aux topographes Brigitte et François... Pan Pan Pan, place au maitre

L’aurore aux doigts de fées ourlait d’un liseré purpurin la crête des montagnes prochaines alors que je me levais les yeux encore embrumés des restes de néant. Un vol de corbeaux au reflets de geai, de jet, bref un vol de corbeaux aux reflets noirs quittaient leur gîte nocturne en quête de pitance.
La vie… la vie des Simples.
Au village un coq adressait au soleil son salut fraternel pendant que la morsure du rasoir déposait sur mes joues (presque) juvéniles une roseur que la fraîcheur matutinale disperserait bientôt.
La vie… La vie des Simples.
A quelques encablures m’attendent des amis chers ? Avec eux nous devons nous plonger dans de sombres arcanes afin de percer des mystères encore à inventer.
Paul, Brigitte, François… Un quatuor à forte valeur ajoutée si l’on cumule l’expérience la compétence, la fougue des un(e) et des autres.
Chez Ricky… :
Brigitte gare son automobile de manière à ne point occasionner de gêne au propriétaire.
Nous chargeons l’empidementa sur nos épaules et partons, décidés, vers notre destin.
Dans ce que mes amis considèrent comme raidillon, je sens, sur ma nuque embrasée, le souffle rauque de Brigitte. Devant moi, s’agitent, dans leur gaine de caoutchouc, les petits mollets de François. Paul, en chef qui se respecte, ouvre la voie.
Déjà le trou et sa gueule béante qui nous appelle…
Un dernier regard vers la sylve environnante, vers ce soleil que nous quittons pour une durée indéterminée et nous sommes absorbés par l’énigmatique béance.
Beaux puits, hélas trop courts, mais beaux puits.
Belle salle « WAOUH », belle salle.
Dans l’ensemble très belle cavité avec des parois remarquables : pendants de voûte, coups de gouge. On imagine que dans un lointain passé, les choses ont bougé dans le secteur et que Xynthia, c’était du pipi de chat à côté.
La salle terminale que l’on remontera jusqu’au point ultime, ce qu’aucune bête n’aurait fait, doit être quelque chose par temps de forte pluviométrie. Faut voir comme les dalles sont lessivées !
Loin, très loin derrière Paul et moi, Brigitte et François lèvent la topographie des lieux .
Paul me fait faire le tour du propriétaire. Plus ça va et plus c’est gras, glaiseux, bouillaqueux. Au lieu-dit « La salle à manger » une colonie de collemboles est là, dévorants les reliefs des repas précédents. Pendant que nos amis continuent à faire des petits dessins sur leur carnet on fouille un peu et là ! Là !!! Là, là, là !!! Le souffle puissant de l’aventure caresse mon front perlé de sueur. Tudieu, un léger courant d’air est perceptible émanant d’un conduit descendant (ou ascendant suivant comme on regarde). Je rampe, mon corps musculeux et velu épouse les forme du relief (agressif) pour gagner quelques coudées. Paul se fait c…. dans un autre conduit. Enfin Paul !!! si tu veux faire de la spéléo, de la vraie, suit Ceux qui savent… enfin, Paul !!! Ah !!!
Ce râle qu’exhale ma gorge nouée, signifie au compagnon qui me rejoint que la progression risque fort d’être compromise quoique mon éclairage surpuissant, issu des divines mains de Mathieu, laisse deviner une suite aux dimensions confortables.
Paul entreprend de dégager quelques blocs, boules de terre. Pas mal de volume quand même et tel un poulpe enrobé d’une gangue de boue, il réussit à passer. Derrière, une dalle avec laquelle une discussion sera entreprise afin de négocier le passage reste, à l’heure actuelle, imperméable à nos arguments. Nous en disposons d’autres, nommés massette, décacholeur, judicieusement déposés 25 mètre au-dessus. Et c’est avec eux que nous reviendrons.
Retour à « la salle à manger » où nous rejoignent les topographes. Les collemboles ont disparu.
Casse-croûte, et on remonte.
Avant on vérifie que ce qu’on a comme équipement n’est pas une illusion. Impressionnant… Les bottes sont proches de ce que les « pieds-lourds » portaient aux pieds. Les bloqueurs ? de vagues masses argileuses. Pas brillant du tout, mais faut faire avec et finalement, ça ira.
Remontée aisée (faut dire qu’il n’y a que du bon dans l’équipe). A la voiture, Eric est là qui bricole à sa maison. Finalement on lui prendra une bonne heure de son temps de travail et on rentrera.
Fait et valoir pour ce que de droit en la bonne ville d’Issor ce 17ème jour du quatrième mois de l’an de grâce 2010.

Pas mal la dissertation, ah oui, le nouvel ami. Comment tu dis Michel : les collemboles .. les carambole, pas mal pour le nom de la salle, les collemboles carambolent.

samedi 27 mars 2010

Le sous sol des nouvelles galeries

Un petit retour sur notre journée d' exploration ce samedi 27 mars
Aujourd'hui' hui sous terre, avec Daniel, Régis, Riki, Ray, Jean-Louis et votre président, et oui 6 personnes du GSVO, quel grand club, nous avons continué la visite du sous sol des nouvelles galeries.
Pas mal, pas mal du tout, du volume, des départs à fouiller et ..... un planning bien chargé pour les heureux bénévoles qui travaillerons sur la topographie.
Aux nouvelles galeries, prenez un petit passage en dessous des coulées de calcite musicales, suivez une petite diaclase et descendez une dizaine de mètres sur corde. Vous poserez les pieds sur un balcon dominant la salle de la bourgeoise cochonne, contourner par la droite pour descendre vers le fond de la dite salle, pas trop bas, à mi pente glissez vous dans une petite galerie argileuse, et continuez vers une petite salle. De là, suivez le pendage, vers une série de petits puits, vers le terminus nommée ce jour "le pendage de lisier".
Et oui, une fois de plus, ça le fait et Arricau n' a pas tout livré. L' aventure continue, et dans le fond ..... il faut y aller
Merci à vous tous pour cette bien belle ballade.
Ah, les nouveaux habitants: Rino sur son ex, spider de la pente à 45 et poux de la salle Whaou.


mardi 23 mars 2010

C' est quoi sur la photographie


Retour sur une photographie de 2008.
Pour ceux qui ne l'avait pas vu, voici la photos des ossements du mammifère que nous avions trouvés dans la salle Wahou, ce samedi il y a 15 jours (2008). De l'ours?
Question sur la photographie en 2010.
Je retombe sur un mail en faisant un peu de rangement .. qui s' impose. Ou se trouve ce crane, car nul ne le retrouve pas dans la salle
Réponse d’ Alain de Pouya.
Le crane était dans la salle Waouh, coté gauche lorsque l'on est face à la corde de l'escalade.
Par contre l'échelle est fausse. personne n'a réagi à la vue de l'échelle, ce qui prouve une nouvelle fois que personne ne regarde les photographies avec attention !
Il s'agit d'un tout petit rongeur, dont la tête ne doit faire que 3 ou 4 cm de long, en tout cas pas un ours. Désolé.
Mes amitiés, Alain

Le puits de la petite cochonne bourgeoise

Message du 21/03/10 20:25
De : "Courtiade Raymond"
A : gsvo@googlegroups.com
Objet : Le Arricau pousse vers le bas
Petite grotte du piedmont pyrénéen recherche topographe motivé pour mettre à jour ses (encore) nouvelles galeries...
Raymond

Le 22/03/2010 09:52, Brigitte CHOZE a écrit :
Et alors!!! On peut avoir un peu plus de détail de cette sortie!!!
Biz. Brigitte.

Courtiade Raymond a écrit :
C'est meilleur quand on prends son temps...
Ray

Le 22/03/2010 20:56, Ichas François a écrit :
ouais mais quand même...
alors!!!!
fçs

Et bien...
Nous avions commencé à désobstrué dimanche dernier une lucarne dans les nouvelles galeries, donnant dans un puits. Il s'avérait que cela donnait dans le même puit que Régis nous avait indiqué, mais plus bas... 4m de gagné par erreur "Le puits de la petite cochonne bourgeoise" Oui, oui bon... bref..
Un petit feu de paille, un cours sur l'équipement via goujon plus tard, nous v' là en bas... Puits /méandre de 15m. Dans du gros !
Une salle plutôt cataclysmique (tas de bloc au sol). De là, ça remonte via une petite escalade dans ces gros blocs un poil instables mais pas trop... vers 2 autres salles, bien grosses aussi. De là, de nombreux départs colmatés, dans le point haut un autre inaccessible (dalle en pente et glissante, 2 spits et ça passe). A noter vers le haut toujours, des traces de griffade d'un petit animal. Une autre entrée pas loin ??
On entendait du hooo ! des haaaa!!!! de partout .
Mais le plus intéressant vient ensuite.
De la première salle, on remonte sur la gauche, puis on descends via un tube à 45° dans le pendage, régime noyé, diamètre 1m-1,5 m. Ca descend, descend... C'est tout propre, en lame... Ça sent l'actif. On tombe sur un méandre qui est le bas de la faille. C'est étroit (très) vers l'amont. De petites vasques, pas de circulation d'eau, mais dois y avoir un pissouli en temps de pluie.
Vers l'aval, ca devient plus large. Arrête sur rien en haut d'un P10... Courant d'air intermittent dans cette zone, mais ça soufflait pas fort à l'entrée ce jour là.

Désolé de ne pas être plus précis. En effet, impossible de faire un croquis. La zone est complexe, je ne suis même pas sûr du nombre de salles ! Mais parait qu'il y a de bons topographes parmi vous
A retenir: une zone complexe qui reste à fouiller, un arrêt sur rien vers un semblant de début d'actif...
Et samedi on y retourne, à bon descendeur...

Raymond

To unsubscribe from this group, send email to
gsvo+unsubscribegooglegroups.com or reply to this email with the
words "REMOVE ME" as the subject.

mardi 16 mars 2010

Des nouvelles d' Arricau 2


Dimanche 14 mars 2010, sortie à la grotte d' Arricau 2.
Liste officielle des participants
* Crap le crapaud : quoi, quoi..
*Vamp la chauve souris: chut! je dors.
*La perle des cavernes: t' es un bijou ma fille.
*Salamandra: la ..... salamandre.
Et bien avec tout çà on est bien avancé, dans le puits d' entrée le crapaud n' était pas longé, la salamandre avait oublié son casque, la chauve souris, trop fatiguée, n' a pas voulu porter de kit et la perle est restée de marbre. Comment voulez vous faire tourner un club de spéléologie avec des gugus comme ça. Et puis je vous raconte pas les remarques du style: c' est pas confortable cette sortie de puits, la main courante est trop haute et le pire, il fait noir dans cette grotte .... Hé, hé les enfants, on est à Arricau là.

En fait, faut pas croire tout ce que vous lisez sur internet.

Il y avait de vrais spéléologues du GSVO ce dimanche sous terre: Daniel avec son bonnet rouge, Brigitte qui veut pas planter le spit, François qui doit planter le spit, Riki et Raymond qui partent au fond se salir, qui trouvent pas le puits en haut des nouvelles galeries et puis en cherchant, qui en trouvent un autre et le président qui se demande si ce n' est pas mieux de sortir sous terre avec la perle, la salamandre, le chauve souris et le crapaud. Quelle expédition. Même au fond, dans l' étroitesse du crane, chacun voulait sa paille, tout ça pour s' éclater un peu. Bilan de l' affaire, il y a encore du boulot .... mais partout... la légende ne fait que commencer. Et si on commençait à réfléchir au nom de la rivière qui coule sous nos pieds.
videoUn petit zoom sur Brigitte...

Raymond le nouveau spéléologue du GSVO


Nous souhaitons tous la bienvenue à Raymond au sein du GSVO
"Bienvenue Raymond"
Bon, là pour la photographie, il était encore en pyjama... on avait fixé le rendez vous à 9H, c'est tôt, mais après, il s' est mis un costume rouge avec plein de sangles autour, ça ressemblé plus à un vrai spéléologue de la vallée d' Ossau.
Merci à toi Raymond.


mercredi 2 décembre 2009

ASSEMBLEE GENERALE 2009

Assemblée Général du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ Ossau (G.S.V.O)

Le Groupe Spéléologique de la Vallée d’ OSSAU a tenue sont assemblée Générale ce samedi 28 novembre à ARUDY, en présence monsieur Jean-Claude PARGADE adjoint aux sports, et représentant de la Mairie.
Dans son rapport moral, le président du groupe spéléologique Paul DOUMENJOU a remercier le Maire monsieur Gérard CAMBOT son adjoint aux sports pour le soutien technique et la confiance que la ville d’ ARUDY a manifesté lors des journées nationales de la spéléologie du 3 et 4 octobre, ou plus de 200 personnes ont participées aux multiples activités proposées: spéléologie, descente de canyon, visite guidée de site préhistorique avec la participation de Madame Geneviève MARSAN conservatrice du patrimoine au musée d’ ARUDY et une soirée d’ observation de chauve-souris encadrée par Denis VINCENT.
« Nous restons tout de même une petite association dans la ville .. » précise le président du G.S.V.O. « .. et notre activité, riche en sciences de la terre (géographie, géologie, hydrologie, histoire et préhistoire) ne rencontre pas toujours au quotidien un enthousiasme comparable aux autres sports de masse ».
Le bilan 2009 reste tout de même très positif avec l’exploration sur plus de 1000 mètres de galeries dans la grotte d’ ARRICAU sur le versant nord du massif de l’ AZERQUE, la participation et l’ implication des spéléologues du club au S.S.F. 64 rattaché au Spéléo Secours Français commission de la Fédération Française de Spéléologie.
« Nous avons aussi organisés des sortie découverte du milieu souterrain intégrant des personnes à mobilité réduite » témoigne Brigitte CHOZE, trésorière du club et spéléologue expérimentée « les sorties d’ initiation restent un bon tremplin pour intégrer de nouveaux adhérents car le monde souterrain s’ affirme comme une terrain de découverte et d’ aventure à peine entamé ». L’ année 2010 s’ annonce importante, avec l’ organisation dans la vallée du R.I.F. (rencontre inter fédérale) canyon et descente de gorges, et l’ implication des bénévoles du club dans ce projet. « Nous allons aussi réaliser un support vidéo sur la prévention et les risques liés à la pratique du canyonning, nous aborderons les gestes de premiers secours » complète Philippe CRETAL médecin et moniteur canyon diplômé. Puis pour clôturer son bilan, Paul DOUMENJOU souligne et remercie le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques ainsi que la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, pour leurs subventions financières, qui permettent à l’ association d’ organiser des projets, de financer des formations et de maintenir la sécurité sur le matériel collectif du club. Le point trésorerie, présenté par Brigitte CHOZE, montre un bilan équilibré sur l’ ensemble de l’ année, avec un investissement important de 1500€ en matériel collectif de progression sur corde et une participation aux frais de stage diplômant pour les deux nouveaux initiateurs du G.S.V.O. Julien CARRERE et Thibaud CRETAL.
La clôture de cette assemblée générale, autour d’ un verre de la fraternité spéléologique, fut propice à des nombres projets de prospection et d’ exploration sur le massif calcaire d’ ARUDY, souvent initiés par Joël COUCOURON, fin connaisseur des secrets et mystères souterrains de la région.
Le président du Groupe Spéléologique de la Vallée d’ OSSAU remercie tous les membres de l’ association qui ont participé et contribué à son bon fonctionnement, et souhaite tous ses vœux de réussite aux explorateurs du monde souterrain qui traînent leurs bottes sur le département.

Comment pratiquer la spéléologie sur le département des Pyrénées Atlantiques et dans la vallée d’ OSSAU? Contacter le Comité Départemental de Spéléologie des Pyrénées-Atlantiques au centre Nelson PAILLOU
12, rue du professeur GARRIGOU LAGRANGE 64000 PAU Tel: 05.59.14.19.19, ou le Groupe Spéléologique de la Vallée d’ OSSAU Tel: 06.81.19.29.66.

lundi 30 novembre 2009

Les prospections de Ricky et compagnie

Dimanche 8/11/09
Prospection Daniel et Ricky
massif entre Béteilles et le ravin de Mancesta au dessus de la maison Arricau
Quatre entrées trouvées, deux seront descendus avec au fond du colmatage : trémie, terre et cailloux pas de vent. (-3m et -5m)

Dimanche 15/11/09
Prospection de Daniel tout seul comme un grand
« Voilà-t-il pas que je retrouve le trou du diable à Betharram au dessus du Mélat ! »

Dimanche 22/11/08
Daniel et Ricky
on finit de descendre les deux entrées «trous de Béteilles»
- un moins deux mètres de chou-fleur à l'entrée, avec à la clé une désobstruction possible…..à voir.
- l'autre, 3 puits parallèles sur la même faille -4m avec une trémie au fond et pas de vent.
Au retour, sur le flan d'une grosse doline, on tombe sur un puits de 5 mètres prés du ravin de Mancesta à voir et à descendre.

Vendredi 27/11/09
Régis et Ricky
On se tape le déséquipement de la Glacère
Bilan au retour : Régis 42kg sur le dos ça fait plaisir de le voir Peiner un peu.........

dimanche 29 novembre 2009

dimanche 15 février 2009

Le dimanche à arricau, c'est le jour la première





Spléléolus à tous, petit compte rendu ce dimanche 15/02/2009.
Alors que Christine et Eric (riki) change la corde du puits d'entrée, Régis et Paul s'attaque une escalade dans la salle Whaou (sur le côté gauche). Daniel arrive, alors que Régis a déjà dévoré les 20 mètres, à grands coups de perforateur et de goujons. L'escalade sortie, le "énorme" de Régis résonne dans la salle. On la nommera la "sale" énorme. Le "sale" est arrivé plus tard, quand après le casse croûte tout le monde s'est retrouvé en haut, sauf Daniel qu’entretenait la braise du barbe-cul en bas de la salle Whaou. Très belle salle, au niveau des lucarnes d'un réseau supérieur que l'on devine du bas de la salle Whaou....... Et il en reste encore 3 ou 4. La "sale" énorme 20x10 (à vérifier) à fonctionnée en régime noyé, peut être en équilibre de la salle Whaou avant son effondrement. Sur les parois, des traces de planchers stalagmitiques et remplissage, de belles concrétions, mais beaucoup sont au sol recalcifiées. Beaucoup de dépôt d'argile au sol.... au fond, un courant d'air soufflant, peut être Arricau 1....

mardi 3 février 2009

Prospection du dimanche


dimanche 1-2-09
prospection au dessus de arricau
puits de 15 m grosse entrée

Riki et Daniel

samedi 17 janvier 2009

Sortie à la Glacère du vendredi 9 janvier par Gaël




Laurent G, Florian B. (dit le bibe) et Gaël H

Que c'est dure le matin en préparant ses affaires, rien que de sortir les mains des poches et essayer de vider la calbonde, j'ai déjà les mains gelé!!!!Je me pose vraiment la question si on doit y aller!!!Mais Flo et Laurent viennent de Bagnère, ils doivent déjà être partie ; et c'est vraie, que ce sont les conditions idéal pour aller là bas et désober le fond.Il faut que la cavité aspire et très peu d'eau. Etant donné que la neige est très basse et qu'il fait froid (même très froid!!!), tout correspond...Quand ils arrivent chez moi, on se boit un petit thé, et le soleil arrive ; ce qui nous réchauffe un peu (au moins le moral!!!)Les kits préparé, on part en vallée de férrière pour commencer la marche d'approche, qui sera bien évidement dans la neige...En arrivant à l'entrée de la cavité au bout d'une heure et demi de marche, on boit vite un petit thé chaud et se change le plus rapidement possible. Malgré ça, on arrivera quand même à avoir froid et à attraper l'onget en rentrant dans la cavité.Mais, rien que la descente dans le grand puits nous réchauffe, et oui, quelle utopie, pour une fois qu'on rentre sous terre pour ce réchauffer!!! En bas du P 80, on sent un violent courant d'air aspiré dans la lucarne ; on le suivra avec une violence pareil jusqu'à - 120.Et à cette endroit, on en perd une grande partie. Il doit y avoir un autre passage que celui emprunté actuellement, qui serait intéressant de chercher, pour éviter les passages en méandre plus bas (étroit et salle).Mais l'objectif de la journée est d'aller voir en bas, au début de ce petit méandre étroit où nous sommes arrêté au cause d'un coude vers la gauche!!!Une fois devant celui ci, nous sortons le matériel et en commençons l'agrandissement, puis arrivons à passer...La suite continue en méandre sur une vingtaine de mètres avec un léger courant d'air ; toujours présent et réguliers. Puis, on butte de nouveau sur un passage étroit, mais qui reste très ponctuel ; derrière, ça continue de nouveau en méandre...Après cette petite découverte, ce sera le rangement du matériel et la remonté vers la sortie, en aménageant quelques passages, surtout à la base du P80, où il y a une grosse dalle à débiter...

samedi 27 décembre 2008

La faim du végétarien


On peut mettre du beurre dans les épinards

... de l'eau dans son vin ...

On peut aimer la nature et manger bio

On peut être végétarien

On peut aimé casser des cailloux


Gaël, il veut du haricot

Merci à toi, pour le travail de désobstruction.


2009

l'année du haricot pour le GSVO

.... bonne année à tous ...

De Jack et du haricot magique au plus tôt de Jojo et le " arricau " … plus tôt les " arricau(s) "

Un de ces jours d’été, Joël accompagné,
avec sa douce amie, compagne et aimée
en suivant le sentier, celui qui monte haut
vers ce plateau glacière, fief du GSVO
Quelle ne fût la surprise, devant le courant d’air
en bordure de piste, sur un replat bien vert
deux dalles de calcaire, un rondin d’arbre mort
scellaient par vantardise, l’entrée d’un beau trésor
" Ce ne passera pas " se dit-t-il en lui même
et cette découverte, vaut bien comme un vrai thème
qu’avec quelques compères, on pousse un peu la pierre
écarter le passage, descendre sous la terre

On compta que sept jours, pour réunir la horde
la masse, le burin, quelques mètres de cordes
vingt minutes de marche, pour retrouver l’endroit
vingt minutes de rage, ce n’était plus étroit
Quel honneur de première, pour une découverte
descendant le pendage, sans aller à ma perte
je n’eu que le plaisir, à explorer du vierge
fis remonter du fond, un écho qui émerge
Nous fûmes vite trois, en fond de cette pente
à vouloir partager, ce moment, cette rente
la " première " pensez donc, une si grande joie
au fond de l’air qui file, on y gratte, on y croit
En expert géologue, tissant des hypothèses
Imaginant la suite, élaborant des thèses

Mais devant l’étroitesse, il faut bien remonter
Dehors les autres hurlent, venez on a trouver
Sortant de notre bulle, on suit à travers bois
Et sans difficulté, retrouver aux aboies
La suite de la troupe, qui a trouvé la suite
Le courant d’air est là, le reste est une fuite…..

Nous étions devant ARRICAU 2
MASSIF DE LAZERQUE : commune d’Arudy et d’Izeste (auteur inconnu)


Entre les vallées d’Aspe et d’Ossau, au Nord de la chaîne pyrénéenne, s’étire selon un axe est-ouest , l’imposant massif de Lazerque .
Ses limites sont constituées par des tracés géographiques évidents :
- à l’est la vallée glacière d’Ossau
- à l’ouest la vallée d’Aspe
- au nord le gave d’Ossau
- au sud la vallée d’Escot et le plateau du Benou.
Connue des spéléos pour ses nombreuses cavités, Lazerque est une région à forte structure karstique, dont les développements internes restent en grande partie ignorés .Pourtant, de nombreux réseaux en activité doivent exister du fait de l’importante absorption d’eaux nivale et pluviale dans le massif. Les pentes Nord , versants froids et humides , sont fortement boisées et zébrées de plusieurs ravins d’orientation sud-nord . Ces ravins drainent les eaux sur de brefs parcours avant que celle-ci ne s’enfouissent pour réapparaître plusieurs centaines de mètres plus bas. De nombreuses sorties d’eau permettent de croire à l’existence de grandes percées hydrologiques , quelques trous souffleurs en activités entre 900 et 1200 sont certainement des têtes de réseaux profonds aboutissant aux résurgences .

Message aux adhérentes et adhérents du G.S.V.O. : pour ceux qui veulent s'inscrire ou se réinscrire au club et à la Fédération Française de Spéléologie, pouvez vous confirmer par mail, et concernant le règlement , vous avez la possibilité de régler en plusieurs fois. Votre nouvelle inscription ne sera valide qu'à la réception de vos chèques : avant le 01 janvier 2009 impérativement et pour avoir le temps de renvoyer le tout auprès de la Fédération vos réinscription pour l'année 2009.

Licence adulte : 32€
Licence Jeune moins de 26 ans : 16€
Assurance : 46€
Assurance moins de 18 ans : 23 €
Cotisation G.S.V.O. : 20 € ( demi tarif pour les moins de 26 ans : 10€)

Au total

Adultes : 98€

- de 26 ans : 72 €

- de 18 ans : 49€

Nous attendons vos réponses.

Merci à tous. A bientôt. Brigitte

Adresse : CHOZE Brigitte 64 rue d'Aspe 64400 OLORON STE MARIE PRIX choze.brigitte@wanadoo.fr

vendredi 26 décembre 2008

GSVO


Vue panoramique du massif

Des Arricau(s) dans la soupe

L'enthousiasme du GSVO était représentatif de la découverte en marche, ce samedi 20 décembre 2008, rêveur voir même excité par le potentiel que les entrailles du massif de l’Azerque nous réserve. Avec l’aide de quelques courageux compères d’outre vallée, nous sommes un bon groupe à retourner sous terre à la découverte en ces lieux, de la genèse de l’eau du glacier de la vallée d’Ossau.
Un tête de peloton, un premier binôme descend pour organiser une séance photographique dans la salle Whaou, il sera rejoint de façon disséminé par des lueurs, qui tantôt électrique, tantôt acétylène, balayent petit à petit la sortie d’étroite de l’entrée de salle. Les topographes s’activent pour tirer une visée susceptible de corriger un mauvais report des séances précédentes. Tout ce petit monde s’impatiente et s’occupe en attentant son tour de passage sur la fine corde conductrice aux étages supérieurs récemment découverts.
Les photographes resterons dans l’intimité de la salle, afin d’immortaliser à grands coups d’incandescence: parois, blocs et volumes. Plus haut, les technologies modernes de forage en pleine roche permette de ré équiper les escalades non sécurisés de la dernière première. Les topographes suivent et poursuive les mesures. Tout ce petit monde s’occupe là ou il n’y a rien à faire, se croisse dans les passages les plus étroits, discute dans les volumes les moins porteurs.
" Mais c’est du grand … ".
Derrière la petite escalade, l’étroite galerie n’est plus qu’un corridor modeste mais confortable, qui assurer la progression vers le pendage révélateur de " quelque chose ". On monte, ça monte, on est pas mal. Toujours sur les traces de la dernière exploration, nous visitons tous avec bonheur et surprise, les secrets cachés d’Arricaou 2.
"On y est les amis, car avec méthode et respect, cette grotte nous aspire, nous attire et nous réuni ".
Quelques petits passages chronologiques
Sylvie et Jo découvre en prospection Arricaou 1
Régis, Jo et Paul descendent Arricaou 1 pendant que Daniel et Sylvie découvre l’entrée de Arricaou 2
Régis descend en première dans Arricaou 2 jusqu’au puits du crane
Brigitte, Patricia , Denise, Eric, Daniel, François, Régis ,Gaël … explorent la salle Whaou
Régis, Eric … escalade la lucarne donnant sur une galerie remontante
Jo et Paul réalise l’escalade de la petite salle supérieur
Gaël et compagnie assurent la désobstruction de la galerie supérieure et filent vers le pendage remontant
Et l’aventure continue

dimanche 21 décembre 2008

Hop Blop .... Blog, c'est parti


Le plus compliqué, c’était de choisir un hébergement informatique, d’actionner quelques clics, et de choisir un mot de passe. A tous, grande nouvelle: nous déclarons, en ce dimanche veille de noël 2008, ouvert le blog officiel du Groupe Spéléologique de la Vallée d’Ossau. Longtemps cachées entre des strates de papier, au fond de gouffre en carton, ou bien sur le pendage d’un bureau, toutes les informations de l’activités du G.S.V.O. (le club qu’il vous faut) vont en spirale remontantes, sortir au grand jour sous forme de résurgence pérenne.